- Recherche dans un titre ou par mot-cle :

Boutons noute habit (2)

Noël de Sologne -

Publiée en 1930 dans un recueil de chansons en patois
Voir la variante N°1 de cette chanson, chantée par les Quatre Barbus
avec une musique différente


J'ai de biaux souliers tout fin neu's
Que m'a laissé mon pèze
Tu me creiras si tu veux
Je le tiens de ma mèze
Si je ne ais de mon mieux
Je ne saurais mieux faize

Je prends des ribans sans chagrin
Que noute damoiselle
Me baillit en temps un matin
Par quoi j'avons du zèle
Il n'est que d'une boute en train
Je mets tout par écuelle

Fatigué ! L'air est ben cuisant
Pour s'avancer si brave.
Pour moi, je demeure au dedans
Où descends à la cave.
Quand on veut m'emm'ner de c'temps
On me baille une entrave.

Tu fais le délicat et blond,
Du temps tu crains l'injure,
La nuit, déjà couché le long
De c'te vieille masure,
Saoul comme noute couchon,
Craignais-tu la froidure ?

Aga Nannette, t'as raison,
Tu parles comme un prête,
Monsieur l'curé dans son sermon
N'en dit point tant peut-ête :
Tu lis ferais sa leçon,
Tu serais bien son maîte !

Y veut surtout, quoiqu'il en soit,
Que l'on fasse l'offrande.
Puisque cela si fort lui plaît,
Faisons ça qu'il commande.
Pour moi, j'offre sans regret,
Ce que j'ai de ferlande.

Madame Louise prend chemin
Avec nout' assemblée,
Apportant saucisse et boudin
Et vin blanc de l'année
Et puis j'irons sans chagrin
Honorer l'accouchée

Quand je serons arrivés là
Je ferons la prièze
Chacun de nous haranguera
Et l'enfant et sa mèze
Pour nous en cet état là
Je sons prêts à tout faize

































Cette chanson existe sur les CD suivants :

..
.