A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z

Recherche :


Noël du gueux

Xavier Privas, 1896 -


Ecoutez la musique :


Voir la partition


De ses pieds nus foulant la neige,
Le gueux s'en va, clopin, clopant,

Sous ses haillons de sacripant,
Loin de tout abri qui protège.

La nuit est froide, le temps clair,
Et tandis que sombre, il chemine,

Sur son pauvre corps en ruine
Tombent les larmes de l'hiver.

Soudainement voici troublée
La quiétude de la nuit.
Ce sont les cloches de minuit
Qui sonnent à toute volée !
Noël ! Noël ! Jésus est né
Pour la rédemption humaine,
Plus d'esclavage ni de haine,
Le Verbe Dieu s'est incarné !

A cette mystique allégresse,
Antithèse de ses douleurs,
Le chemineau, les yeux en pleurs
Sur ses genoux meurtris s'affaisse,
Et de ses lèvres que la foi,
Malgré le vent glacé, desserre,
Monte l'encens d'une prière
Vers le trône du divin Roi.

« Petit Noël, la nuit est froide
Et je n'ai bourse ni logis,
En le lieu triste où je gémis
Viens et ranime mon corps roide,
Je suis le gueux qu'ont repoussé
Ceux pour qui la misère est crime,
Je suis l'éternelle victime
Expiatoire du passé.

Fais, ô Noël, que j'entrevoie
La douceur de vivre et permets
Que je ne sois point à jamais
Sevré de toute humaine joie.
Viens, ô sublime justicier,
Au misérable qui t'invite
Malgré qu'il n'ait pour ta visite,
Ni logis, ni feu, ni soulier. »

Le gueux se tait et sur la neige
Étend ses membres engourdis,
Cependant que du Paradis,
Descend un lumineux cortège.
C'est Noël, qui, tandis qu'il dort
Vient mettre à sa souffrance trêve
Et lui faire offrande en son rêve,
Du Viatique de la Mort.
































Cette chanson existe sur les CD suivants :

..
.